Mitsch Jean-Francois

liste de diffusion mitsch.be



* Email:
   Nom complet:
* Format:


coordonnées: mitsch jean-francois, mitsch@mitsch.be (32)495298815

nous sommes devenus complices des terroristes

Des jeunes perpètrent des attentats, mais ils s’entraînent dans votre salon avec des jeux vidéos et dans les dessins animés !
Des adultes choqués par tant de violences, la regardent tous les soirs entre le plat et le dessert et ensuite dans les « fictions" du petit écran ! 
La violence, la guerre sont notre quotidien médiatisé, la police est devenue une star (la majorité des séries télévisées). Et nous parlons de notre impuissance, de notre révolte, ne devrait-on pas briser nos chaines de télé ? En laissant de place à une violence quotidienne nous conditionnons notre cerveau à l’accepter, nous sommes devenus complice des terroristes. Nos sens sont affaiblis, habitués par cette guerre immonde. Il est temps de réveiller nos consciences et de nous retrouver ensemble frères et soeurs de l’humanité. Si je peux me permettre dites non à la violence, non à la guerre, coupez votre télé, jetez ces jeux vidéos… Embrassez-vous.
MiTSCH JF, indigné -genappe 14 novembre 2015

Genappe: un bilan et des enjeux

Pour mieux comprendre nos positions 

Si l’écoquartier voit le jour, il étendra le centre du village. Un prolongement logique selon la majorité. Un développement quelque peu précipité selon l’opposition socialiste. © René Breny
A Genappe, le PS, dans l'opposition, a sorti le 2ème numéro de son toutes-boîtes "Genappe autrement". La majorité MR/IC n'y est pas épargnée. Les socialistes parlent d'un "immobilisme communal" concernant des projets de revitalisation du centre-ville et de créations d'emplois. Genappe a loupé le coche des festivités du bicentenaire de la bataille de Waterloo selon les socialistes. Côté immobilier, le PS demande à la majorité de suspendre les premières décisions liées à la reconversion des anciennes sucreries. Reportage de Tvcom du 10 avril 2015 : Nicolas Gilson, Pierre Thirion, Sylvain Guillaume, Adrien Broze et Dominique Tournay.


Le bilan de la commune de Genappe en 12 points, Jean-François Mitsch, conseiller communal

Deux années de présence au Conseil communal de Genappe : bilan et actions de Jean-François Mitsch, conseiller communal.


Le bilan de la commune de Genappe en 12 points
  1. Les activités économiques à Genappe et les finances communales                                                                                          
  2. L’urbanisation à Genappe, 15.000 ou 20.000 habitants en 2025 ?                                                                                        
  3. La rénovation du centre de Genappe : urgente                                                                                                                                 
  4. La mobilité à travers nos villages et le centre.                                                                                                                                     
  5. Produire de l’énergie chez nous, ce n'est pas de l'utopie                                                                                                             
  6. La sécurité & la cohésion sociale, une question de culture                                                                                                           
  7. L’éducation, la formation et l'insertion socioprofessionnelle                                                                                                      
  8. Des logements pour tous ; enfants, grands-parents et vous?                                                                                                       
  9. Le tourisme à la croisée des chemins                                                                                                                                                       
  10. Cultiver la solidarité                                                                                                                                                                                     
  11. Expliquer tant et plus la Commune                                                                                                                                                      
  12. Le bien commun, la chose publique                                                                                                                                                    
Conclusions                                                                                                                                                                                                                   

Les activités économiques et les finances communales 

Depuis la fermeture de Sucrerie (2004), aucun projet d’activité économique n’a été initié par la Commune. Notre commune n’a pas de projet de développement économique. Personne, dans la majorité, n’assume ce dossier. Que fait-on de l’énorme potentiel de Genappe 4e plus vaste commune agricole en Wallonie. Alors qu’hier il restait 100 exploitations agricoles, on risque d'atteindre bientôt 80 et on nous disait que tout allait bien, mais notre agriculture locale passe la main à des multinationales agricoles, c’est inquiétant. Où peut-on accueillir PMEs et artisans ? Que pouvons-nous proposer aux entreprises pour s'installer chez nous ? Sommes-nous tous condamnés à être des navetteurs vers Bruxelles ou à rester demandeurs d'emploi (750 sur la commune) ?

Le Collège a essayé de fermer la Maison de l’Emploi de Genappe qu’il jugeait inutile. Mais à 1 vote contre 22, je me suis mobilisé et, grâce à la détermination des citoyens (avec une forte mobilisation par pétition et un magnifique relais des différents syndicats), un nouveau partenariat se met en place pour qu'elle reste à Genappe, au service des chercheurs d'emploi.

Les finances communales doivent être adaptées aux exigences du modèle de gestion de la Région wallonne. Le budget annuel de la commune représente quelque 25 millions (ordinaire et extraordinaire ; gestion quotidienne et investissements). C’est bien plus que la moyenne des PME de notre région. Elles, pourtant, font appel à un auditeur/réviseur pour améliorer leur gestion. Vu les nombreuses alertes (de la majorité) dans le budget 2015 l’audit des comptes par un organisme indépendant est aujourd’hui indispensable (il est même possible que ce soit réalisé gratuitement ). Le refus du Collège communal de soumettre les finances communales à un audit est un signal très inquiétant. La commune a-t-elle la volonté de passer d'une gestion en bon père de famille à une véritable gestion proactive : pour pérenniser le bien-être des habitants (par exemple la propreté et la sécurité de nos espaces publics), pour initier des projets économiques créateurs d'emplois durables localement, et pour maîtriser l'augmentation des coûts énergétiques et la diminution des recettes et subsides ?

Comme expert et consultant en matières énergétiques, je suis confronté tous les jours aux questions de prix pour les consommateurs, aux choix difficiles des sources d'approvisionnement et à l’importance de planifier des projets industriels tant sur base des enjeux urbanistiques que financiers. C'est un chantier que la Commune doit ouvrir. Je suis prêt à mettre toutes mes compétences pour y aider dans l'intérêt des concitoyens.

 L’urbanisation 15.000 ou 20.000 habitants en 2025 ?

Sans refaire l'histoire de l'entité ni la politique de la Région wallonne, on voit bien le bon sens et le bien-fondé de la densification du centre-ville plutôt que d'éparpiller l'habitat. On ne va pas non plus raser pour reconstruire. Il faut donc réfléchir ensemble aux meilleurs aménagements pour garder agréable notre cadre de vie et l’améliorer là où c’est nécessaire.
Le Schéma de structure débuté en 1997 n’est toujours pas terminé (pour des divergences de vues dit-on dans le dossier). Or, c’est lui qui doit servir de référence à un plan de mobilité, à un plan de rénovation urbaine, à l’urbanisation de demain. Dans la commune, on fait tout à l’envers et ce schéma de structure est mis au frigo depuis presque 20 ans pour laisser au collège une capacité d’arbitrage maximum qui entraine régulièrement des dérives.
Le projet immobilier de l’ancienne sucrerie, 800 logements, pourrait considérablement modifier la structure de la petite ville de Genappe. Le dossier est aujourd’hui très contesté, car mené sans transparence vis-à-vis des riverains, en privilégiant une spéculation immobilière au détriment d’un aménagement concerté dans l’intérêt général et le respect des propriétaires.
L'argument d'une pénurie de logements à Genappe qui imposerait de créer de nouveaux quartiers est une vaste fumisterie. Car sur l’ensemble de la commune avec les réserves foncières nous avons de quoi passer de 15.000 à 20.000 habitants d’où l’intérêt de planifier en toute transparence.
Et que voit-on à Genappe ?  son manque de places en crèche (avant-dernière de la liste en Brabant wallon), ses logements publics limités, son absence de salle de spectacle équipée, son refus d'une maison des jeunes, sa faiblesse en transports en commun, un soutien réduit aux associations...
Notre commune est un grand dortoir, qui ne produit plus de richesses. Comme l’annonce le budget 2015 de la majorité MR, cela conduira inévitablement à augmenter les impôts pour les habitants, faute de recettes suffisantes (ce qui est confirmé dans le rapport du directeur financier de décembre 2014).

Je me suis engagé personnellement auprès des Comités de quartier pour aider à analyser les documents, à proposer des pistes alternatives, à établir les contacts nécessaires avec les promoteurs et les autorités. Je suis à votre disposition. Et si nécessaires j’ose m’opposer à un projet qui ne défend pas l’intérêt général.

La rénovation du centre de Genappe : urgente 

Bien que sa rénovation soit entamée depuis le siècle dernier, le centre-ville de Genappe est aujourd’hui en très mauvais état. Le manque d’initiative publique en est la cause. Tous les projets sont laissés à l’initiative des acteurs privés, ce qui ne permet pas d’atteindre une cohérence. Il n’est pas normal de laisser notre ville aux mains des promoteurs qui recherchent des bénéfices financiers à court terme.


Est-il normal que la commission qui avait en charge la « rénovation urbaine » (plan de subsides wallons) ne fonctionne pas depuis 4 années et qu’au moment de sa réélection en novembre 2014, deux promoteurs immobiliers en fassent partie ? Ce n’est pas ma conception de l’intérêt général.
Avec les propriétaires, les riverains et les Comités de quartiers, je suis prêt à envisager de véritables partenariats avec les promoteurs privés, sur base d’une ligne de conduite qui permettrait à notre commune de retrouver un dynamisme et à ses habitants d'augmenter le confort et la fierté d’y habiter.

La mobilité à travers nos villages et le centre.

Plus de 30 % de la population est considérée « à mobilité réduite » (accident, handicap, naissance-poussette, chaise roulante, etc.) et son vieillissement fait que certains d’entre nous dépendent de plus en plus de la solidarité pour se déplacer. La mobilité, c’est plus de 50 % de la facture d’énergie de la population, une question  majeure pour réduire le coût des transports de marchandises, réduire les accidents et les infractions, améliorer la qualité de l’air et réduire le bruit dans nos campagnes et même créer de l’emploi… Une politique de mobilité est nécessaire et l'inaction  intolérable.
Le plan communal de mobilité doit se réaliser après le schéma de structure, l’inverse est un non-sens. Le plan, qui est passé à l’enquête publique, sans concertation avec les communes limitrophes (comme s’il y avait un mur à la limite de la commune), et sans publicité auprès des habitants, démontre la vision étriquée du Collège communal. La commission d’aménagement du territoire (CCATM) de la commune arrive aux mêmes conclusions que moi, même si elle ne souhaite pas entrer dans un débat politique.

J’ai demandé l’annulation de l’enquête publique du plan de mobilité en soulevant une erreur de procédure, sans remettre en question la qualité du travail du bureau d’étude. Si la plainte aboutit, la procédure devra être recommencée, cette fois nous l’espérons, avec une meilleure information de la population et l’implication des commissions en charge (CCATM, mobilité, sentier, etc.)

Produire de l’énergie chez nous, ce n'est pas de l'utopie 

Contrairement à d'autres communes, Genappe a la chance avec ses larges plaines agricoles de pouvoir produire de l’énergie sur un territoire gigantesque et traversé par la Dyle : des énergies renouvelables comme le gaz à partir des déchets agricoles, des dérivés du bois, des éoliennes qui respectent des critères acceptables (sachez que 2 projets sont pour le moment à l’étude par des promoteurs),... et des matériaux qui économisent de l’énergie à partir de notre agriculture (pour isoler les toitures, les murs, etc.). Ce ne sont que quelques exemples.


Je travaille depuis de nombreuses années au sein de sociétés actives dans la production et la vente d'énergie verte. A défaut d'initiative communale, je rencontre des oppérateurs en vue d'entreprendre des projets concrets. Comme je l’ai fait entre 2006 et 2012 avec l’association énergies-dyle.

La sécurité & la cohésion sociale, une question de culture

Pour sa police, Genappe est à l'ombre de Nivelles au sein de la Zone de police. Nous savons bien que la répression des infractions doit s'appuyer d’abord sur une politique de prévention forte et que la meilleure prévention passe par la cohésion sociale. Plus la commune sera solidaire, meilleure sera l'éducation, plus la culture, le sport et les loisirs seront accessibles, moins il y aura de problèmes de voisinage et d'incivilités.
Quelle information est pratiquée par la Commune ?  Savez-vous que le Journal de Genappe - bulletin communal géré exclusivement par le Bourgmestre et son Cabinet - pratique la censure ? que tout article jugé dérangeant n’est pas publié, que tout événement qui n’arrange pas les autorités communales n’est pas mentionné dans l’agenda ?  L'éducation permanente, l'un des baromètres de la démocratie, n'existe quasiment plus à Genappe. Tous signes évidents d'un pouvoir autoritaire qui confisque le débat public et refuse la confrontation des idées. C’est bien dommage pour les démocrates qui souhaitent vivre ensemble, tous ensembles qu’importe la couleur de peau ou le choix politique ou la carte de banque.

Comme ancien président du Centre culturel, comme tous les passionnés d'une culture ancrée dans les réalités sociales, nous allons devoir faire le choix : 
-        soit développer un Centre culturel pluraliste et dynamique en synergie avec les communes avoisinantes (Villers, Court Saint Etienne) en obtenant de la commune un doublement des subventions,
-        soit de se faire manger par Nivelles (comme pour la zone de police), 
-        soit disparaître, option longtemps souhaitée par la majorité en place. 
Je lance en tout cas le débat.

L’éducation, la formation et l'insertion socioprofessionnelle 

La gratuité de l’enseignement n’est plus une réalité; de grandes disparités existent entre les enfants. Nous devrions pouvoir remédier à cette situation en dégageant des moyens collectifs pour donner les mêmes chances à tous nos enfants.  L'outil qui permet à la communauté éducative de faire le point sur les réalités, de donner les impulsions, existe : c'est le Comité de participation. Encore faut-il que les Comités de Genappe se réunissent pour autre chose qu'approuver un rapport annuel remis en séance...
Le tissu scolaire de la commune est raisonnablement bien développé. A nous de développer d'autres initiatives éducatives : école pilote, formation professionnelle et/ou centre de recherche.

Avec la Maison de l'emploi, les opérateurs de formation professionnelle et d'insertion socioprofessionnelle ,nous pouvons renforcer les filières locales créatrices d’emplois (énergies alimentation, construction…) qui aident directement les chercheurs d'emploi de Genappe .

Des logements pour tous ; enfants, grands-parents et vous?

Vu les prix des loyers et des achats immobiliers, les jeunes ont des difficultés pour s’installer dans la commune et nos ainés ne trouvent pas de quoi se reloger, alors qu’ils cherchent des habitations plus adaptées à leur mode de vie lorsque les enfants ont quitté la maison. Les besoins changent, une politique volontariste de logement est nécessaire pour permettre une mixité sociale, sans quoi l’exode que nous constatons depuis quelques années va accentuer le caractère commune-dortoir de Genappe.

Je milite pour que les permis de bâtir ne soient accordés aux promoteurs que si leur projet de constructions de lotissements ou d'immeubles à appartements comporte, au minimum, 20% de logements publics, pour rattraper le retard de Genappe (moins de 4% de logements publics). C’est le cas sur le site de la sucrerie qui est un terrain public à ce titre le projet devrait être exemplaire.

Le tourisme à la croisée des chemins

Des centaines de milliers de touristes au Lion de Waterloo (plus de 300.000)… et Genappe ne bénéficie pas de cette manne de visiteurs que l'on n'attire pas vers notre commune au-delà du Musée du Caillou (dernier quartier général de Napoléon).
Notre commune regorge d’histoire et de patrimoine intéressants. La nouvelle réserve naturelle proche du centre-ville sera une opportunité, avec le Ravel à proximité…
La venue de touristes est une manière de faire vivre notre économie locale. 
Mais il faudrait une volonté politique pour développer cette idée, et le tourisme, tout comme la culture à l’échelle locale manque de vision et de moyens.

Je m’implique dans le dossier de la sucrerie et de la réserve naturelle, non seulement pour protéger les espaces verts et les paysages, mais aussi pour ces buts touristiques et éducatifs, En veillant à une intégration harmonieuse des 800 logements, des activités artisanales et des commerces qui devraient s’y développer.

Cultiver la solidarité

J’ai commencé à travailler dès 18 ans et je suis aujourd’hui actif dans secteur des énergies renouvelables, où j’assume la fonction Président du conseil de surveillance dans une entreprise d’économie sociale. Très impliqué dans la fédération de l’environnement en Wallonie (mandat bénévole d’administrateur et trésorier ) je m’intéresse à tous les enjeux environnementaux.
Mais je constate chaque jour que les questions sociales sont, plus que jamais, des priorités absolues. Certains doivent recevoir plus d’aide, pour cause de maladie, ou d’accident, par manque de chance au hasard de nos routes. A l’échelle de notre commune, cette solidarité peut s’exprimer déjà entre voisins. Nous qui vivons dans une commune « riche » nous devons montrer l’exemple.

Les Comités de quartiers, les Fêtes des voisins, les kermesses de quartier, sont devenus, pour moi, les premiers endroits de la démocratie où les gens peuvent se rencontrer et se parler. Je soutiens ces initiatives tant que possible. De nombreuses associations dans la commune y contribuent de manière incroyable, je les en félicite

Expliquer tant et plus la Commune

L'argent public doit aider le fonctionnement des associations et soutenir leurs activités, mais il n’est pas normal de servir certaines associations avant d’autres sans critères objectifs. Le copinage ne devrait pas être la règle, pourtant on observe un traitement inégal des dossiers dans l’attribution des subsides, l’urbanisme, l’attribution des marchés publics, etc. En plus la technicité de plus en plus élevée de la gestion communale la rend de plus en plus éloignée des citoyens.
Le Collège communal a une vision très réductrice de l'information publique, de la transparence, voir de la concertation en s'en tenant au strict minimum (souvenez-vous de la la censure dans le journal), alors qu’il faudrait être beaucoup plus à l’écoute des citoyens et oser la participation régulière des citoyens dans le processus décisionnel.

Je me suis engagé à vous informer et à organiser le débat public, avec ou sans l'aide de la Commune. Ilot Jean Mintens, Projet de la sucrerie, plan communal de mobilité, Gendarmerie, projet éolien sur la commune, porcherie industrielle… et de nombreux projets dans vos quartiers dont je me suis fait le relais alors que l’information ne circulait pas.

Le bien commun, la chose publique

La gestion de notre commune est en mode minimum depuis quelques années. En n’anticipant pas les difficultés et les évolutions, elle créera des inégalités de plus ne plus criantes. Nous avons l’occasion de changer de cap; alors, osons mettre en chantier des projets qui rendent notre commune plus autonome. Seul un plan stratégique qui nous projette dans le temps nous permettra d’établir ensemble une feuille de route efficace.

Ma ligne de conduite ? l’intérêt général

Conclusions

Merci à celles et ceux qui auront lu ma contribution à la vie locale jusqu'au bout. Il s'y trouve certainement bien un point qui vous interpelle ou vous tient à coeur. Des avancées sont possibles sur toutes ces thématiques, mais c’est un travail quotidien de mobilisation et de sensibilisation. Dernièrement, nous avons obtenu que la commune s’inquiète des négociations sur les accords transatlantiques, même si cette thématique semble très loin de nos préoccupations, nous qui vivons dans un monde globalisé devons reprendre confiance dans le potentiel humain du local. C’est en encrant nos forces sur le territoire où nous vivons que nous ferons évoluer les choses tous ensemble.

Merci à l’équipe de l’USC qui m’a fait confiance comme tête de liste aux élections communales, et qui a fait de notre groupe la 2e force politique de la commune

Merci à toutes ces personnes qui me témoignent régulièrement leur adhésion et me sollicitent comme porte-parole d’une minorité silencieuse à Genappe.

Le bien commun, l’injustice, la chose publique et l’intérêt général me mobilisent depuis toujours. 
Je suis disposé de discuter de tout ceci avec vous, quand vous voulez.

Sur mon blog


MITSCH Jean-François
12A rue des Communes – BE-1470 Genappe
067556594 – mobile 0495298815 – mitsch@mitsch.be

Energies Renouvelables: "En Wallonie on s'est planté"

Jean-François Mitsch  (1) parle du renouvelable comme d'un fabuleux projet social. Mais dont on a raté le départ.
Interview : Dominique VELLANDE, lavenir.net, 3 mai 2014
une petite vidéo d'introduction
http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20140502_023

Jean-François Mitsch (1), comment appréhender l'enjeu énergétique aujourd'hui ?
 
En commençant par en faire le bilan. Et donc en acceptant qu'on s'est planté au démarrage. La Wallonie était en retard. On a donc dit : libéralisons le marché, faisons marcher la concurrence et ça coûtera moins cher. C'est le contraire qui s'est produit.

N'est-ce pas le prix à payer pour utiliser davantage d'énergie renouvelable ?
L'objectif est noble à condition d'éviter des phénomènes de rente. Le photovoltaïque en est l'illustration la plus terrible.

Expliquez-vous ?
Quel technicien sérieux peut oser expliquer que des petites installations résidentielles relèvent d'une bonne équation économique. Comme si on disait demain : supprimons les camions et assurons le transport avec des voitures équipes de petites remorques. Le politique a donc commis l'erreur de subsidier excessivement pour assurer une promesse de rentabilité.

N'est ce pas normal qu'une politique s'accompagne d'incitants ?
Oui, à condition de viser un point d'équilibre. Un point à partir duquel la filière est autoportante.
Ce n'est pas vraiment ce qui s'est passé…
Le résultat, c'est un million de ménages qui payent plus cher leur électricité parce que 100000 ménages ont investi pour ne pas payer la leur. Je ne leur fais pas de reproche : ils ont saisi une opportunité. Mais d'un point de vue collectif, c'est inéquitable et les dégâts sont considérables et pas uniquement pour le surcoût.

Vous pensez à quoi ?
En misant autant sur le photovoltaïque résidentiel, on a tué la filière thermique. Elle fonctionnait pourtant et avait un sens : l'eau chaude se stocke, pas l'électricité. Et aujourd'hui, on assiste à l'effondrement de la filière photovoltaïque. Des entreprises performantes mettent la clé sous le paillasson et les Wallons ne font plus confiance. On peut les comprendre quand on voit comment ce dossier a été géré.

Vous préférez l'éolien ?
Oui, à condition d'en faire une filière industrielle qui bénéficie à tous et non à quelques spéculateurs.
Pour la Belgique, l'investissement des 20 prochaines années représente 400 milliards d'euros pour l'ensemble des filières énergétiques (voir ci-dessous) Cet investissement représente une année de PIB pour notre pays. C'est tout à fait gérable d'ici 2050.
C'est l'investissement nécessaire pour du 100 % renouvelable ?
Oui, à la condition que nous réduisions notre consommation d'énergie de 80 à 95 %. Mais j'ajoute que dès que nous serons déjà arrivés à 50 % de renouvelable, notre situation de dépendance à l'égard des pays qui nous fournissent l'énergie bascule en notre faveur. Avoir pour cela comme objectif, c'est résolument se tourner vers une énergie accessible et à un prix correct.

Ce n'est pas utopique ?
Il y a deux axes : les technologies et les comportements. Les deux doivent se compléter. Les premières évoluent dans le bon sens. Pour les comportements,
 80 pays de la terre consomment de vingt à quarante fois moins d'énergie par habitant que chez nous. Et leur indice de satisfaction est comparable au nôtre. Notre changement doit être culturel : comprendre que consommer moins ne rend pas moins malheureux mais peut être source de bonheur.

(1) Expert et administrateur de la coopérative des Éoliennes Citoyennes.








Eoliennes, NIMBY moi ? Non, mais mon jardin, c’est la Wallonie !

http://www.rtbf.be/info/emissions/
Ou pourquoi l’éolien fera partie des élections du 25 mai 2014.
La question de l’énergie est une question centrale dans l’organisation de notre société. L’éolien accaparé par quelques entreprises privées appauvrit notre pays, notre région. Le débat sur l’énergie sera au cœur de la campagne et pour diverses raisons l’éolien doit montrer l’exemple.
La question ne se limite pas aujourd’hui à « êtes-vous pro ou anti éolien ? » C’est bien plus complexe, plus nuancé, le bilan devrait être multiple : économique, environnemental et social. Actuellement, il n’en est rien, c’est l'argent qui domine sans que jamais ces questions soient abordées.
Par exemple, on cherche à anesthésier les citoyens en développant des concepts participatifs sans les doter de moyens financiers et humains à la hauteur d’un projet industriel (plusieurs milliards d’investissements en cours). Des coopératives locales cherchent à se développer avec du bénévolat, face à des acteurs financiers qui investissent sans compter. La bataille est inégale, à la limite du risible, et parfois manipulée par les financiers qui apparaissent grands seigneurs en proposant une participation minoritaire locale (24,99 %). Ces initiatives pro-éoliennes s’opposent au mouvement anti-éolien, qu’on appelle Nimby [1] sans répondre à ses inquiétudes, entre autres immobilières et de santé publique, alors qu’un consensus le plus large possible est nécessaire sur ce sujet ultra-sensible. Malheureusement, le pouvoir public ne se dote pas de véritables outils de concertation, laissant ainsi aux opérateurs privés toute latitude pour organiser eux-mêmes la participation citoyenne !

tout l'article en PDF
http://www.mitsch.be/eoliennes-nimby-moi-non.pdf

lire tout l'article (plus d'infos)

Pétition : Pour une Maison de l’emploi à Genappe


Les 650 demandeurs d’emploi de l’entité vont perdre leur droit à un accompagnement de proximité... Ils représentent près de 10% de la population active (3673 visites entre novembre 2011 et septembre 2012). La Maison de l’emploi rend de nombreux services de proximité aux demandeurs d’emploi en matière de formation, de suivi individuel, de relais vers d’autres organismes, etc.

Je signe la pétition ICI  https://13451.lapetition.be/

En signant cette pétition, je demande aux autorités communales de remettre en place une maison de l’emploi et d’organiser un vaste débat avec les différents acteurs concernés par l’emploi sur la commune (représentants de la majorité et de l’opposition, Forem, les partenaires sociaux, syndicats, employeurs, entrepreneurs, société d’intérim, CPAS, Agence locale pour l’emploi...


Pétition : Pour une Maison de l’emploi à Genappe

Je signe la pétition ICI  https://13451.lapetition.be/

JT de Vivacité ce matin http://www.rtbf.be/radio/player/vivacite?id=1855948&e Si le Forem avait accepté de payer un loyer, soit entre 500 / 800 mois, la maison de l'emploi serait encore là ? "la rigueur budgétaire" touche les citoyens fragilisés... un choix de la majorité ! Que cache ce choix ? "Qu'ils partent hors de notre commune, ils ne rapportent pas" = une belle vision de l'intérêt général et de la solidarité !!! c'est inacceptable comme situation et comme mode de gestion de l'intérêt général. MITSCH JF

Fermer la maison de l’emploi
Ensuite on fermera :
- le centre culturel (car nous n’avons qu’à manger de la télévision)
- une, 2, 3 4, écoles (pourquoi donner du confort à nos bambins, ils peuvent vivre à 40 dans la même classe, en plus à cet âge ils ne font pas (encore) grève)
- le CPAS, on peut fusionner avec le CPAS de Braine-l’Alleud, on gagnera de l’argent à ne pas gérer sur notre commune des pauvres (dixit un président du CPAS)
- quelques crèches (pour les laisser aux initiatives privées)
- l’école des devoirs : les enfants qui ne savent pas suivre sont des paresseux !!! (comme votre serviteur)
- les subventions aux associations : c’est une perte d’argent, être bénévole, ce n’est pas normal de s’engager pour une cause sans demander de l’argent
- …
- on a déjà fermé : les gares, la sucrerie, 600 exploitations agricoles, 1000 emplois locaux, dans : l’eau de source, les brasseries , les moulins, le maraichage, les métiers du fer, du verre, du papier, du bois…
- …

Genappe, c’est le tiers monde des idées… MITSCH Jean-François
 

MITSCH Jean-Francois, l'actualité

Energies renouvelables
http://eoliennes-wallonie.energies-dyle.be/
http://www.energies-dyle.be/
http://economies.energies-dyle.be/
http://porcheries-en-wallonie.blogspot.be/

http://www.enercoop.be

Pétition éoliennes-Citoyennes:
http://www.mitsch.be/petition

Genappe
http://genappe-environnement-economie-social.blogspot.be/
http://sucrerie-genappe.blogspot.be/

Nivelles
http://eoliennes-nivelles.blogspot.be


* Email:
   Nom complet:
* Format:


Coordonnées: mitsch jean-francois,
mitsch@mitsch.be (32)495298815

Ma librairie:
http://astore.amazon.fr/mitsch-selection-21/

VIVA FAVELA: Riches et pauvres sont les faces d’une même pièce de théâtre




Le projet de Joaquim MELO est déclinable partout sur la terre, son témoignage dans VIVA FAVELA c’est le partage d’un projet accessible à tous et qui peut nous rendre un peu d’humanité. Riches et pauvres sont les faces d’une même pièce de théâtre. A nous de choisir si nous osons maintenant regarder dans les yeux nos voisins, nos amis, et retrouver ensemble une économie réelle basée sur le travail les échanges et la dignité humaine. 
MERCI pour ce partage, lecture de l’été 2012 pour moi. MITSCH Jean-François

http://astore.amazon.fr/mitsch-selection-21/detail/2749911125

Agriculture, alimentation, habitat, construction, énergies,
le potentiel d’emplois à Genappe est énorme.

Dans le cadre des mardis de PACAGE, le 19 juin 20h, Jean-François Mitsch présentera un plan emplois local basé sur l’exploitation de nos ressources en agriculture, en construction et en énergies renouvelables à Genappe: le potentiel est de plusieurs centaines d’emplois.

Presque toutes les activités économiques sont fondées sur l’utilisation et la transformation de ressources finies sur une planète finie. L’accès aux ressources fera des gagnants et des perdants et de gros dégâts sociaux en perspective. D’ailleurs on utilise aussi les termes de « ressources humaines ». N’est-il pas parfaitement hypocrite de faire croire que tout le monde peut être bénéficiaire d’un système de croissance basé sur l’esprit de conquête, la compétition et la marchandisation du monde ? Pour développer une commune durable, il faut partir de nos ressources locales et les mettre en œuvre en fonction des besoins et aspirations légitimes de la population. La baisse du pouvoir d’achat amène le consommateur à une réflexion sur ses modes de consommation, et en première ligne sur son alimentation. Il est à la recherche de produits qui allient qualité, attractivité du prix et respect de sa santé.
Pour trouver une solution à cette équation, il faut se tourner, par exemple, vers une alimentation plus durable, c’est-à-dire qui prend en compte les impacts sociaux, économiques, environnementaux et sur la santé qu’elle devrait nourrir et préserver. Pour cela, il faut, d’une part, que les filières "durables" existent et puissent se développer et d’autre part, que le consommateur soit correctement informé et sensibilisé afin de modifier ses modes de consommation.
Bien que très dépendante des décisions prises à l’échelle européenne, la Région wallonne dispose de marges de manœuvre pour encourager des filières plus centrées sur les besoins alimentaires et nutritionnels, mais aussi pour favoriser l’agriculture selon un modèle plus autonome, plus respectueux de l’environnement et créateur d’emplois. La commune peut dans ce contexte être un acteur non négligeable des actions sur le terrain et de la mise en réseau.
Les filières courtes (du producteur au consommateur), qui répondent à ces critères tout en favorisant les producteurs et produits locaux, sont pourtant encore marginales.

Malgré une situation alarmante, les dommages à long terme d’une économie non soutenable sont maintenant perceptibles. Aux dégâts sociaux s’ajoute les risques sur la santé et l’environnement en général (OGM, nanotechnologies, bioterrorisme, forage off-shore, nucléaire...). Abordons aujourd’hui les solutions à l’échelle de notre commune.

Conférence de MITSCH Jean-François (0495298815), le mardi 19 juin 2012 à 20h.
Entrée libre, salle de Vieux Genappe Chaussée de Nivelles, 99

Plus d’informations :www.energies-dyle.be - Grappe Belgique, www.pfsa.behttp://blog.mitsch.bewww.pacage.be
sur Facebook http://www.facebook.com/events/461552947192507/