Mitsch Jean-Francois

liste de diffusion mitsch.be

coordonnées: mitsch jean-francois, mitsch@mitsch.be (32)495298815 Facebook: https://www.facebook.com/mitschjf http://blog.mitsch.be http://www.enercoop.be

Vos enfants actionnaires d une eolienne.


l'éolienne des enfants

www.energies-dyle.be - Participations citoyennes - inscription


Réservez les premières parts aujourd'hui

En 2003, l’asbl « Vents d’Houyet » active dans le domaine des Energies renouvelables a donné naissance à l’Académie du Vent, elle propose des cours sur le Vent aux enfants d’écoles primaires.
Une approche pragmatique et citoyenne pour la production d’électricité verte en Wallonie. Le slogan porteur de l’association est « KYOTO, cette affaire nous concerne tous

En mai 2004 une première Eolienne sur la crête de Mesnil-Finnevaux (Houyet) est inaugurée. Une seconde éolienne sera installée l’automne suivant qui aura la particularité d’appartenir à des enfants. Pour atteindre cet objectif « Allons en Vent société coopérative » propose des parts souscrites par ou pour des enfants…. > plus informations

Recevoir un dossier: inscription en ligne

Merci de votre soutien,


Mitsch Jean-François

PS: L'association e-DyLe recherche des membres.


Visitez notre stand
ce dimanche 24 au
S
alon de l'énergie

Ouvert de 10h à 17h
à l'Espace 2000
à Genappe

Plus d'informations:

Entrée gratuite

Participations citoyennes

Recevoir un dossier:

inscription en ligne

le fichier PDF



Les Vents d’Houyet



Energies-dyle.be association, rue Bruyère d’Elvigne 17 - 1470 Bousval - Genappe info@energies-dyle.be


Communique: des enfants actionnaires d'une eolienne.

Communiqué de presse

Les enfants du Brabant wallon deviendront actionnaires d'une éolienne.

Projet à l'initiative de Energies-DyLe développé en collaboration avec l'équipe de Bernard Delville (Les Vents d'Houyet) responsable de l'« éolienne des enfants », entrée en service au mois février 2006.

2 conférences à ne pas manquer ce samedi de 15h30 à 16h30 à Genappe
- Comment réduire ma consommation d'énergie, 100 gestes chez vous, au travail, dans votre commune : Mitsch Jean-Francois & Amand Yves, Energies-DyLe.
- Film: éolienne des enfants, 15 minutes, Participation citoyenne dans l'éolien : Bernard Delville, Les Vents d'Houyet

Réservez les premières parts des éoliennes de vos enfants, sur notre stand ce samedi et dimanche

Venez nous rencontrer durant cette fin de semaine
le 23 et 24 juin au salon de l'énergie, à Genappe
ouvert de 10h à 17h à l'Espace 2000 (gratuit).


Energies-DyLe (Participations citoyennes) E-DyLe
- l'information sur la consommation énergétique (école, entreprise, administration, citoyens, )
- l'implication des citoyens dans des projets de production d'énergie, en leur proposant une prise de participation dans des projets collectifs
- la mise en place de tiers investisseurs pour des projets individuels

L'association e-DyLe recherche des membres dans le Brabant wallon.
Mission : réaliser l'objectif de Kyoto dans le Brabant wallon

Plus d'informations e-dyle, et recevoir notre bulletin:
http://www.energies-dyle.be

Les Vents d'Houyet et l'école du vent
http://www.vents-houyet.be

Plus d'informations: Week-end Energies Genappe
http://www.genappe.be/Actualites/weekendenergie_web.htm


Contact: Energies-DyLe
info@energies-dyle.be

Mitsch Jean-Francois 0495 298 815
Amand Yves 0475 284 886

Une ville du Moyen Âge

Il m’arrive de comparer l’état actuel de notre planète à celui d’une ville du Moyen Âge.

À cette époque, les gens jetaient leurs déchets et leurs eaux usées par les fenêtres. Ils ne réalisaient pas qu'ils propageaient de terribles maladies qui les empoisonnaient. Ce comportement était considéré comme normal parce que tout le monde le faisait. Les plus riches d’entre eux avaient beau s'isoler du peuple, certains virus et certaines bactéries finissaient par les atteindre.

Un jour, les liens de cause à effet furent établis. Les premiers à en parler furent considérés comme des hurluberlus. Il a fallu du temps, de la sensibilisation et aussi des lois qui ont imposé une organisation différente, les changements ne se sont pas réalisés du jour au lendemain. Les comportements ont dû être changé pour le bien de tous.

Malgré toutes les connaissances que nous avons, nous continuons de contaminer l'environnement et la société en adoptant des comportements que nous considérons comme « normaux ».

Bon nombre d'entre nous fustigeons les multinationales parce qu'elles ne pensent qu'à leurs profits.
Et nous consommateur, clients de ces entreprises, nous achetons leurs produits en recherchant les prix les plus bas. Un prix bas ne peut intégrer ni la dette environnementale ni les dégâts humains et sociaux que leur production a pu engendrer (2).

Tout le monde croit à la vertu et à la justice, mais quand vient le temps de la mise en pratique, c'est une autre histoire, surtout si ça coûte plus cher.

Peu à peu, toutefois, nous commençons à réaliser notre part de responsabilité (1) et nous changeons nos comportements.

Il est temps de montrer que nous voulons autre chose que des produits bons marchés. (2) Nos choix peuvent contribuer à édifier un système au service des gens, plutôt que le contraire. Nous formons le marché mondial. L’expérience du commerce équitable et les répercussions qu'il a déjà sur la vie de milliers de personnes (3) est la preuve qu’un autre monde est possible.

Tout comme la démocratie qui ne se limite pas à aller voter de temps à autre, la mondialisation de la justice sociale et environnementale n'est pas qu'un discours. Elle exige de passer de la pensée à l’action quotidienne. Elle doit s'exercer chaque jour, dans ce que nous disons aux politiciens et aux entreprises, dans ce que nous achetons et dans notre attitude à l'égard de ceux et celles qui nous entourent.

La révolution actuelle et celles qui suivront s'amorcent dans notre esprit mais doivent se poursuivre dans chacune de nos actions. À nous de prendre le pouvoir au quotidien afin de construire le monde dans lequel nous souhaitons vivre et que nous souhaitons offrir à nos enfants.

Lecture du mois proposée par Mitsch Jean-François

blog.mitsch.be

livre « Acheter c’est voter » Laure Waridel, Ecosociété - ISBN 2-923165-06-3

(1) GIEC Bruxelles avril 2007 article complet
(2) Achetons local dès que possible
(3) Mais pensons aussi à créer du travail localement

L'ecolo Hulot-Al Gorien


Profil : L'écolo Hulot-Al Gorien

samedi 9 juin 2007, journal Le Soir

Les devises : « Ma Terre, mon avenir », « Aux arbres, citoyens ! », « Nos choix peuvent contribuer à édifier un système au service des gens » Les people : Nicolas Hulot, Al Gore, Alain Hubert, Daniel Cohn Bendit. La couleur : le cyan. Les objets : le magazine « Imagine », le quartier durable, la nourriture bio, l'I Phone.

Jean-François, 37 ans, responsable marketing.

Il visite la Fête de l'environnement, au Cinquantenaire à Bruxelles. Un passage naturel pour ce citoyen hyperactif du Brabant wallon, militant à ses heures. Quand il ne travaille pas dans ses deux domaines de choix - marketing et production musicale -, il organise des débats, des événements, des concerts...

Motivation : susciter des vocations, construire la réforme, faire évoluer la société au quotidien.

Les nouvelles technologies écologiques le passionnent. Du vélo assisté électriquement au complément naturel pour carburant en passant par les éoliennes. « Dans deux ans, au rythme où ce secteur économique progresse, il remplira le Heysel », sourit-il. Avant d'ajouter, soudain grave : « Il est grand temps de changer de modèle de société. J'ai entendu le récit de la traversée périlleuse de l'Arctique que font Alain Hubert et Dixie Dansercoer : jamais ils n'avaient rencontré là-bas une situation aussi préoccupante. »

Comme beaucoup de sa génération, Jean-François est arrivé à l'écologie politique par un chemin de traverse. Un sentiment d'urgence et un côté bohème, auxquels s'ajoute un grand esprit d'entreprise. Pas de dogmatisme ni de fondamentalisme, mais une ouverture d'esprit, une volonté permanente de rénovation.

Cet autodidacte s'est découvert au fil du temps un appétit pour la politique. Actif au niveau local, il veut secouer le cocotier et introduire la dynamique d'internet. Mot d'ordre : communiquer de façon créative et interactive. Son profil, c'est celui d'une tribu écologiste postmoderne. Convaincue du défi climatique et ravie de voir le sujet reconnu : le film d'Al Gore, le pacte écologique de Hulot... L'avenir est à eux.

Lesoir.be MOUTON OLIVIER, samedi 09 juin 2007, 09:17
http://www.lesoir.be/dossiers/elections_2007/actu/elections-a-j-1-voyage-inedit-2007-06-08-533463.shtml

Fw: Communiqué de presse Nature & Progrès Belgique

Communiqué de presse

7 juin 2007

OGM dans le bio :

dernier acte !

Alors que, par deux fois (le 28 mars et le 22 mai), le Parlement européen s'est prononcé très clairement pour bannir les OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) des produits bio, les 27 ministres européens de l'Agriculture, réunis en Conseil ces 11 et 12 juin à Luxembourg, risquent d'adopter le projet de nouveau règlement pour l'agriculture biologique qu'entend leur soumettre la Commission. Ce règlement est totalement inacceptable, car il tolère – contre l'avis de certains états membres, dont la Belgique – la présence d'OGM et de pesticides dans les produits issus de l'agriculture biologique !

Manifestation à Bruxelles !

Nature & Progrès appelle le consommateur-citoyen à se réunir dans la dignité,

ce lundi 11 juin à Bruxelles (Rond-point Schuman, à midi),

pour une nouvelle manifestation de protestation contre l'odieuse tentative de la Commission européenne qui vise à dénaturer l'agriculture biologique en y tolérant des OGM (Organismes Génétiquement Modifiés) et des pesticides.

Trois possibilités, diamétralement opposées, s'offrent maintenant au Conseil des ministres :

- soit les ministres entendent la voix des citoyens européens et s'alignent prudemment sur les recommandations du Parlement européen dont le rapport, largement amendé, a été adopté, le 22 mai à Strasbourg, à une écrasante majorité (611 voix contre 61 !) et qui recommande notamment la décertification des produits bio dès qu'on y trouve la moindre trace d'OGM,

- soit, pour d'obscures raisons d'ordre purement stratégique et commercial, ils se rangent servilement derrière les propositions de la Commission européenne, en entérinant peu ou prou le texte qui se trouvait déjà sur la table lors du dernier Conseil des ministres de l'agriculture de décembre dernier. Ce serait, dans ce cas – n'ayons pas peur des mots ! – , la fin programmée de l'agriculture biologique à laquelle nous sommes tant attachés ; ce serait surtout un terrible déni de démocratie pour les citoyens européens qui ont clairement réaffirmé – notamment par l'intermédiaire de Nature & Progrès – leur volonté de manger sans OGM et sans pesticides, et par conséquent de manger bio…

- soit il reconnaissent que le projet est mauvais et doit être retiré et entièrement renégocié avec les véritables acteurs du secteur : les producteurs et les consommateurs

Qui veut tuer l'agriculture biologique ?

Quoi qu'il arrive, même les plus optimistes d'entre nous doivent aujourd'hui reconnaître que, dans le meilleur des cas, on aura senti passer le vent du boulet. Plus que jamais, il nous incombe d'appeler les consommateurs à une vigilance extrême en ce qui concerne le contenu de leur assiette. Tout indique, en effet, que l'industrie de la (mal)bouffe est occupée à prendre pied dans le bio en s'efforçant d'y importer ses logiques malsaines et ses pratiques douteuses, celles-là même que l'agriculture biologique – dans l'esprit de ses pionniers – entend précisément combattre ! Plus que jamais, il nous incombe donc de rester en première ligne et de refuser d'avaler n'importe quelle couleuvre, n'importe quelle chimère…

C'est – quoi qu'il advienne – le sens que nous voulons donner à la manifestation du 11 juin.

Pour toute information complémentaire :

Nature & Progrès asbl

520 rue de Dave - 5100 Jambes

Tél. : 081/30 36 90 - Fax : 081/31 03 06

natpro@skynet.be - www.natpro.be

Francis Giot Marc Fichers
Président Secrétaire Général

Une organisation Nature & Progrès
(Belgique, France, Espagne & Portugal)
avec le soutien de
Friends of the Earth Europe, Greenpeace

et de l'UNAB