Mitsch Jean-Francois

liste de diffusion mitsch.be

coordonnées: mitsch jean-francois, mitsch@mitsch.be (32)495298815 Facebook: https://www.facebook.com/mitschjf http://blog.mitsch.be http://www.enercoop.be

GSM en danger

GSM, Il y a 10 précautions à prendre.

1. L'interdire au moins de 12 ans.

2. Utiliser le mode haut-parleur ou un kit mains libres et maintenir le téléphone à plus de 1 mètre du corps.

3. Rester à 1 mètre de distance d'une personne en communication.

4. Eviter de le porter sur soi.

5. S'il est en poche, veiller à ce que la face « clavier » soit dirigée vers le corps.

6. Veiller à ne l'utiliser que pour établir le contact ou pour des conversations de quelques minutes.

7. Lors de communications, changer le GSM de côté régulièrement et attendre que le correspondant décroche pour le porter à l'oreille.

8. Eviter de l'utiliser quand la force du signal est faible ou lors de déplacements rapides (trains, voitures…).

9. Communiquer par SMS.

10. Choisir un appareil avec un « débit d'absorption » (DAS) le plus bas possible.

GSM Classement des marques selon DAS


(lesoir) Le GSM représente-t-il un risque pour la santé ? La polémique n'est pas nouvelle mais la discordance des messages reste d'actualité.

Vingt experts internationaux ont analysé les études récentes concernant l'utilisation des téléphones portables. Leur discours est clair : s'il n'y a pas (encore) de preuve absolue d'un effet cancérogène des ondes électromagnétiques émises par les GSM, les résultats existants imposent de faire part de précautions à prendre.

Ainsi, ces experts ont dressé une liste de dix recommandations sur l'utilisation du téléphone portable (lire ci-dessous). Le citoyen lambda pourra donc y trouver des suggestions de comportements prudents à adopter en matière de téléphonie mobile.

Les études épidémiologiques sur le sujet sont contradictoires. Si tout le monde n'est pas d'accord sur leurs conséquences, les effets des ondes électromagnétiques dégagées par le GSM font l'objet d'un consensus scientifique. L'effet thermique, par exemple, est largement reconnu. Les téléphones portables émettent des micro-ondes qui causent un échauffement des tissus contenant de l'eau. Par conséquent, une communication par GSM sans oreillette ou kit mains libres fait chauffer le cerveau de l'utilisateur.

Une conséquence de cette surchauffe pourrait être le développement de tumeurs cérébrales. Une très faible hausse de l'incidence de cette pathologie a en effet été observée. Le GSM étant une technologie récente et les cancers des maladies dont le temps de latence est relativement long, aucune corrélation n'a encore pu être mise au jour avec certitude.

« De plus en plus de personnes se plaignent de maux de tête, de fatigue chronique, d'insomnies et de troubles de la mémoire », explique Benoît Louppe, expert en environnement électromagnétique. « Ces effets sur leur santé peuvent provenir du brouillard électromagnétique auquel le GSM contribue », précise-t-il.

Gare aux gadgets réducteurs d'ondes

Benoît Louppe met en garde contre les petites puces ou autres « gri-gri », vendus en magasin ou pharmacie, censés réduire les ondes provenant du téléphone : « Actuellement la seule protection scientifiquement prouvée contre les effets biologiques des rayonnements du GSM est la batterie Extradia Angel. Celle-ci inhibe la capacité des cellules à entrer en interaction avec les micro-ondes du portable », indique-t-il.

En attendant des preuves scientifiques irréfutables concernant les conséquences épidémiologiques de l'utilisation du GSM, les précautions évoquées par les scientifiques semblent être un bon compromis pour concilier le confort offert par la téléphonie mobile et le bien-être de ses utilisateurs.