Mitsch Jean-Francois

liste de diffusion mitsch.be

coordonnées: mitsch jean-francois, mitsch@mitsch.be (32)495298815 Facebook: https://www.facebook.com/mitschjf http://blog.mitsch.be http://www.enercoop.be

500 éoliennes en Wallonie et moi et moi et moi.

Ho, peuple de la Gaule, réveille toi…

Comme l’Europe nous y oblige, le gouvernement wallon s’apprête à valider un scénario énergies renouvelables à l’horizon 2020. Il devrait contenir une répartition des sources d’énergie à mettre en œuvre (biomasse, éolien, PV, hydraulique, etc.). Les chiffres qui circulent ces derniers jours sont de 2000MW pour l’éolien. Soit 700 éoliennes en région wallonne. L’objectif de la RW en 2001 était de 200 MW.

Ce potentiel n’était pas envisageable il y a10 ans, la population n’était pas prête à un tel changement. Aujourd’hui, après 10 années de développement éolien, tout le monde à un projet pas trop loin de chez lui avec lequel il aura pu se familiariser, s’habituer, s’endormir, s’hypnotiser, pour certains.

Comme il n’est pas simple pour un citoyen de disposer de ces chiffres et de ces propositions, il m’est assez difficile de vous documenter plus en détail actuellement. Néanmoins, cet objectif est ambitieux, rien que l’éolien wallon correspond à l’équivalent de la consommation résidentielle (électrique) de 800.000 ménages. (Un ménage consomme en moyenne par année 3500 kWh/an et 700 éoliennes produisent 2.800.000 MWh/an (4000 MWh/an/éolienne en moyenne, selon la météo)

500 éoliennes en plus en Wallonie, c’est ce qui est installé pour le moment en France chaque année. Donc si la volonté y était, nous pourrions avoir rempli cet objectif d’ici 2013 (le temps de réaliser ce grand chantier). Bonne ou mauvaise nouvelle ? Tout est question de point de vue. 500 éoliennes en plus, cela correspond à un objectif, ce n’est pas au potentiel de notre territoire, car en comparant à d’autres pays européens la région wallonne devrait pouvoir accepter de 3 à 4000 MW selon les technologies mises en œuvre. (Eoliennes industrielles, moyenne puissance, petit éolien.)

L’horizon 2020 c’est demain pour l’industrie, mais tellement loin pour les politiques ? Et 2050 ? Pour le politique, c’est de l’inaccessible. Pourtant c’est ce que nous citoyens, demandons à nos mandataires, une vision du monde qui nous permet émancipation et vie en communauté avec l’expression de nos valeurs et de notre bien le plus précieux la protection de nos libertés et la qualité de notre environnement.

Tout ceci hors du contexte des crises que nous rencontrons de plus ne plus. Crises socio-économiques qui touchent nos familles, nos entreprises, nos pouvoirs publics. Mais, quand on parle d’éolien, on ne parle jamais du socio-économique: les POUR parlent d’environnement (les promoteurs : l’éolien c’est bon pour la planète), les CONTRE de la défense du paysage et du bilan CO2 (les opposants), l’arbitrage se fait dans des cabinets à Namur et en attendant : les citoyens paient la facture qui augmente sans cesse.

Alors qu’aujourd’hui 20% de nos familles ne peuvent plus subvenir aux charges mensuelles de la vie. Si la facture énergétique de demain continue à augmenter, c’est 30% de la population que nous mettons consciemment en difficulté, sans pouvoir leur offrir des solutions qu’on aura bradées à des opportunistes-spéculateurs, (qui se vendent à des groupes étrangers). Alors qu’un principe fort de notre civilisation aujourd’hui est peut-être : «Le droit de souveraineté permanente des peuples et des nations sur leurs richesses et leurs ressources naturelles doit s'exercer dans l'intérêt du développement national et du bien-être de la population de l'Etat intéressé. » Assemblée générale des Nations Unies 14 décembre 1962.

Où est la dimension durable aujourd’hui de ces projets éoliens? Où est le retour économique pour l’économie locale ou régionale ? Où est l’intégration de cette industrie dans une réflexion stratégique globale et concertée des énergies renouvelables ? Où est l’énergie moins coûteuse qu’on nous avait promise avec la libéralisation et la libre concurrence via les directives européennes… Dans certains pays on se bat pour récupérer un droit inaliénable des ressources naturelles, ils n’ont plus le choix. Et nous ici, dans notre confort quotidien on laisse partir nos ressources naturelles, nos paysages et notre indépendance, pour quelques dollars, sans broncher… sans préserver le contrôle ni même activer la mise en concurrence à l’écoute de quelques lobbies.

Ho, peuple de la Gaule, réveille toi, ton pays dispose de richesses humaine et naturelle magnifiques, il est temps que tu te bouges, le vent est à tous, et doit servir à tous, allons de l’avant, et repensons notre économie, nos moyens et retrouvons ensemble la force de notre région, dont la réputation faisait encore le tour du monde, au siècle dernier. Si nous ne nous réveillons pas, il faudra peut-être un jour envisager d’autres moyens : Nations Unies 14 décembre 1962 (…) La nationalisation, l'expropriation ou la réquisition devront se fonder sur des raisons ou des motifs d'utilité publique, de sécurité ou d'intérêt national, reconnus comme primant les simples intérêts particuliers ou privés, tant nationaux qu'étrangers. (…)

Bon vent à vous, en espérant que bientôt les éoliennes soient citoyennes dans le cadre de véritables partenariats public-privé-citoyen.

Mitsch Jean-François, mitsch@mitsch.be 0495298815

Prochaine conférence le 16 juin 2010

http://eoliennes-wallonie.energies-dyle.be